Le Syndrome Bordeau-Chesnel


 Les débats et commentaires qui ont suivis les élections cantonales (mars 2011) amènent à se demander si les politiciens ne sont pas frappés du Syndrome BORDEAU-CHESNEL.

 BORDEAU-CHESNEL, tu te souviens Marianne, c’est cette entreprise fabricante de rillettes qui se fit connaître par son slogan « Monsieur l’huissier, nous n’avons pas les mêmes valeurs ! » (Slogan qui faisait d’ailleurs un clin d’œil au fondateur de la marque (1922), Albert LHUISSIER…. Mais coupons là car nous nous éloignons de notre propos).

 Ce qui ressort des débats télévisés tend à faire croire qu’UMP et PS partagent, contrairement au FN, des valeurs communes, qualifiées de « Valeurs de la République ».

Ils ont beau dire « Madame Le Pen, nous n’avons pas les mêmes valeurs. », mais, chose étonnante, aucun ne définit jamais dans le débat ce que sont ces valeurs, comme si c’était évident pour tous.

En premier lieu, les valeurs se décrivent par rapport à la définition de la République elle-même.

La République, ce n’est ni le Pays, ni la Nation, ni la Patrie ; mais la proximité des notions permet d’entretenir la confusion.

La République c’est d’abord un mode d’organisation des pouvoirs et de l’expression de la volonté du Peuple : c’est le dernier avatar après la Monarchie ou l’Empire, par lequel dans le cadre démocratique, les électeurs désignent ceux qui décident en leur nom.

 Elle s’organise sur la base de :

  • la souveraineté nationale
  • la séparation des pouvoirs (exécutif, législatif, judiciaire)
  • le pluralisme politique (existence de plusieurs partis politiques)
  • Le respect des droits et des libertés fondamentaux (droit de s’exprimer, liberté de conscience…)

Ensuite, il ne faut pas confondre, symboles, principes et valeurs.

Certains n’hésitent pas à écrire que « les valeurs de la République s’expriment dans quelques symboles, connus de tous », ce qui est un peu court.

1) Les symboles

Les symboles, ce sont comme pour la plupart des pays, un drapeau (bleu blanc rouge), un hymne (Marseillaise), une devise (Liberté, Egalité, Fraternité), et une fête nationale annuelle (14 juillet). C’est également la personnalisation allégorique en ta propre personne, Marianne, toi qui représente la Mère-Patrie.

2) Les principes

Les principes sont également assez faciles à appréhender dans la mesure où il sont gravés dans le « marbre constitutionnel », certains d’entre eux ayant traversés les siècles et perdurant au travers des différentes constitutions même si leur rédaction évolue dans le temps puisque nous en sommes à la Vème République :

  • la République française est « indivisible, démocratique, sociale et laïque »
  • La démocratie,
  • La citoyenneté  traduite à la fois par des droits et des devoirs 
  • La nationalité est le lien de rattachement d’un individu à un pays.  

 3) Les valeurs

Les valeurs sont pour la première fois énoncées dans la Déclaration Des Droits de l’Homme de 1789. Mais l’évolution de la société française élargit ces valeurs, sans forcément changer la rédaction de la Constitution.

 Voilà pourquoi un débat est possible pour savoir qui adhère et respecte le mieux les valeurs de la République.

  • Y a t-il respect de la valeur « laïcité » quand un ministre accepte de construire des mosquées avec l’argent du contribuable ?
  • Y a t-il respect de la valeur « unicité » quand l’homogénéité d’une société disparaît au profit d’une mosaïque de communautés ?
  • Y a t-il respect de la valeur « égalité » quand une grande ville du Nord pratique l’apartheid anti-hommes pour l’accès à ses piscines, qui sont pourtant des équipements publics financés par tous ?
  • Y a t-il respect de la valeur « solidarité » si certains s’octroient des droits sociaux supérieurs aux habitants historiques du pays, en pratiquant la polygamie ?
  • CMU, AME, Panthéon, abstention électorale, revendications identitaires : sont-ce des valeurs républicaines ou une extrapolation exagérée de ces principes ?

 Bref, la référence « aux valeurs » est suffisamment floue pour que chacun puisse y mettre ce qui l’arrange, et de ce fait, évoquer l’idée que l’autre ne partage pas les mêmes valeurs. C’est alors facile de refuser de débattre sur des valeurs à surface variable, même si le parti ostracisé respecte et adhère aux symboles et aux principes de la République. A croire que la seule valeur républicaine que partagent UMP et PS, c’est l’accord tacite pour se partager le pouvoir dans le cadre d’une alternance non écrite, accord qui pourrait être mis à mal avec l’émergence d’un nouveau parti de gouvernement.

 Mais l’électeur, quant à lui, saura dans son for intérieur faire la part des choses face à cette monstrueuse tartufferie.

 Et puisqu’il faut conclure, reprenons le même thème qu’au début de l’article, à savoir celui de la charcuterie. Peut-être qu’un jour, les tenants de l’affaiblissement de la France face à l’envahissement étranger, viendront nous vendre qu’il faut également renoncer à cette valeur culturelle et culinaire qui choque les nouveaux entrants. Et là, effectivement, le FN n’aura pas les mêmes valeurs.

Publicités

Une Réponse

  1. Belle démo : pas de valeurs communes possibles quand chacun réécrit les valeurs à sa propre sauce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :