L’Alliance plutôt que l’Union

L’UMP, ce fut d’abord l’Union pour une Majorité Présidentielle, puis l’Union pour un Mouvement Populaire.

Union, Union, Union !

Certes, il parait que l’Union fait la force, mais avec le recul, n’est-ce pas une farce plus qu’une force ?

L’Union, c’est une stratégie électorale de regroupement sous une même bannière, avant l’élection. Elle associe sous le vocable de « Droite » des partis qui sont parfois loin d’être de Droite (radicaux, centristes, socio-démocrates). De ce fait, les vrais électeurs de Droite, qui pensent avoir voté pour une politique de Droite se retrouvent avec une politique molle et indéterminée, qui ne peut que les décevoir. Après avoir été cocufiés par Chirac, les voilà trahis par Sarkozy.

N’est-il pas temps d’aborder différemment la problématique de la conquête du pouvoir, en privilégiant l’Alliance en lieu et place de l’Union ?

L’Alliance serait une élection permettant la représentation distincte des différents partis de Droite Nationale, de « Droite dite républicaine », du Centre, et tous autres qui ne se reconnaissent pas comme de Gauche.

Et c’est au sein du Parlement que se dégagerait une Majorité de gouvernement. Le mérite en serait que chaque tendance pourrait compter ses troupes, et le Gouvernement devrait avoir une politique correspondant à cette Majorité. Evidemment, ceci suppose une évolution forte de la représentation démocratique au Parlement, avec une part de proportionnelle, et sans doute des listes nationales pour choisir les députés. Mais ceci n’est pas forcément contestable puisque les députés votent la loi « nationale ».

On objectera que c’est un retour à la IVème République, avec les péripéties que l’on connaît. Mais la Vème a elle-même ses inconvénients, dont le plus flagrant est de ne pas représenter toutes les opinions du Peuple Français.

C’est également freiner la dérive présidentialiste, de plus en plus contestable quand un seul homme peut emmener la France dans des conflits qui ne concernent pas les français.

Publicités