Des flux migratoires incontrôlables ?

Dans son discours du 27 février, le Président de la République, faisant référence à la situation des pays de la rive sud de la Méditerranée, indique le risque de voir l’Europe confrontée à des flux migratoires incontrôlables.

Comment ça, « incontrôlables » ?

Toutes les lois qui précisent les conditions d’immigration sont-elles donc inadaptées ? L’Europe s’est-elle dotée d’une législation Maginot, qui permettrait aux candidats à l’émigration de se déverser, tel les vagues ininterrompues d’un tsunami migratoire sur toutes les plages de l’Europe sans que nous ne puissions rien faire pour l’empêcher ? Ou a t-on décidé des baisser les bras au nom du « pusillanimement correct » ?

Il faut au contraire montrer notre fermeté si nous voulons être respectés.

Tout bateau chargés d’immigrants en situation irrégulière doit être repoussé dès qu’il franchit les limites des eaux territoriales européennes. La marine européenne dispose de suffisamment de moyens pour surveiller ce qui se passe en Méditerranée. Il ne s’agit pas de les couler, mais de les repousser, de les renvoyer vers les côtes des pays arabes.

En effet, les candidats à l’émigration payent au prix fort leur traversée, à des « passeurs » qui n’assurent pas le service après-vente. Si, ceux qui payent n’obtiennent pas le service qu’ils ont payés, ils vont sans doute réfléchir à deux fois avant de ressortir leur porte-monnaie.

Et le téléphone arabe fonctionnera suffisamment pour dissuader d’autres candidats de payer s’ils sont certains de ne pas pouvoir parvenir en Europe.

Alors qu’à l’inverse, si tous ceux qui atteignent nos côtes peuvent se diluer dans la nature, et de préférence en France, terre d’accueil aux guichets sociaux largement ouverts, ils n’auront de cesse d’envoyer vers leurs concitoyens des signes d’encouragement, pour traverser eux-aussi la Méditerranée.

Quant à l’aide économique que nous ne manquerons pas d’allouer à ces pays, nonobstant la situation dramatique de nos finances publiques, elle doit être conditionnée aux efforts que les pays arabes mettront à empêcher les départs des bateaux.

Publicités