Tweeterveiler, Royal killer

On est en droit d’attendre qu’un Président de la République, Président de tous les français, soit au-dessus des partis, et n’interfère pas dans un scrutin législatif, laissant au Premier Ministre le rôle de chef de la majorité et le soin de mener la campagne.
Tel n’est pas le cas avec François Hollande qui prend faits et causes pour son ex, parachutée à La Rochelle, contre l’avis même des militants socialistes. On se rappellera que ce même François Hollande critiquait son prédécesseur lorsqu’il recevait les députés de son parti à l’Elysée.
Mais cette situation devient cocasse quand le Président et sa concubine font des choix opposés quant à leur préférence vis-à-vis des candidats. De quoi transformer le dîner du soir en soupe à la limace (eeeuh, non, à la grimace).
Voilà qui illustre bien les mœurs politiques, notamment à Gauche, où le citoyen n’a pas d’autre choix que d’adouber les décisions parisiennes, ou de transformer son vote en mauvaise humeur ; Royal et Lang en font les frais, et ceci met un peu de baume sur la défaite de l’UMP.
Ca n’est pas la première fois que la politique de la France se décide sur l’oreiller, mais quand cela se fait en dehors des liens sacrés et inaliénables du mariage, on se dit que le pays va tomber bien bas. François Hollande est quelqu’un qui apparemment ne s’engage pas ; il ne le fait pas en matière matrimoniale, et on doute qu’il puisse le faire en politique durant sa mandature. Présidence normale ou Présidence banale ?